Tendance Coatesy

Left Socialist Blog

Flying Saucers and Socialism: J.Posadas.

with 18 comments

Welcome Comrades!

It has long struck the Tendance that if UFOs exist then those inside them are  bound to be more advanced than, say, the Tory leadership of Suffolk County Council.

A brave Trotskyist, J. Posadas, suggested that they come from socialist planets.

Fortean Times says,

By Matt Salusbury
August 2003

We think of UFO cults, typically, as being naïve, fancy-dress Californian affairs, scary religious Doomsday sects, or even neo-Nazi groups convinced that flying saucers operate from a secret Antarctic base. But there was one UFO cult at the opposite end of the political spectrum: a Trotskyite UFO cult.

They called themselves the Posadists after their founder Juan R Posadas and, like many UFO cults, they bore a fierce loyalty to their “dear master”.1 They believed that close encounters were evidence of superior socialist civilisations from Earth’s future. Their bizarre belief in flying saucers was not channelled to them by some tackily-named space entity but “theoretically informed” by Marx and Trotsky, and was for them a logical extension of Marxist dialectical materialism. Posadas wrote: “We will travel to planets millions of light years away under a Socialist society.”

Their founder was a leading light of Latin American Trotskyism, one of a select group running the Fourth International (see ‘Posadism for Beginners’ side bar) after Leon Trotsky’s death. Alongside their esoteric texts on “flying saucers, the process of matter and energy, science, the revolutionary class struggle and the Socialist future of humanity,” 2 they also preached more orthodox Marxism and strove tirelessly to bring about world revolution. Posadist Fourth International affiliates worked to organise trade unions, often operating clandestinely under dictatorships. Some ‘comrades’ even lost their lives in the struggle.

This idea, widly ridiculed by the usual crew of sceptics and know-nothings, has been confirmed by many Doctor Who Episodes. Not to mention the American military cover-up of the Rendelsham Forest Incident.

We have visited Rendelsham Forest and can say that from a materialist and dialectical standpoint it is an ideal landing point for vistors from an advanced communist civilisation.

Is it not a short drive to the Tendance’s HQ?

We note with regret that Posadas’s seminal work on the subject in not available on the Marxist Internet Achive.

As a service to the movement we publish it – in the only version we can access - in French.

As he says, “Il faut faire appel aux êtres des autres planètes, lorsqu’ils viennent, à intervenir et collaborer avec les habitants de la terre pour supprimer la misère.”

We should call out to other Beings on Other Planets, when they come, to intervene and co-operate with the Earth’s inhabitants to end our wretchedness.

J Posadas: Les soucoupes volantes, le processus de la matière et de l’énergie, la science, la lutte de classes et revolutionnaire et le future socialiste de l’humanité. (Here)

26 juin 1968

La vie peut exister sur d’autres planètes, dans d’autres systèmes solaires, dans d’autres galaxies ou d’autres univers.

Life can exist on other planets, in other solar systems, in other galaxies, and other universes.

Le passage de la matière, de l’état inorganique à l’état organique a pu s’y développer autrement que sur terre, de sorte que l’énergie y soit utilisée de façon supérieure. Ici, c’est à peine si on sait utiliser l’énergie du pétrole et, de façon très limitée, l’énergie atomique dont nous disposons. Eux, par contre, peuvent être en train d’utiliser toute l’énergie existant dans la matière. Ils peuvent utiliser toute l’énergie que l’on ne sait pas encore employer sur la terre, et la transformer en lumière. Il se peut que la matière se soit organisée autrement sur d’autres systèmes planétaires ou galaxies, dans des combinaisons infinies et sous des formes totalement différentes de celles que nous connaissons sur terre. Nous ne nous imaginons pas comment cela peut être, mais nous imaginons très bien qu’il peut y avoir une organisation de l’énergie infiniment supérieure à celle que nous connaissons ici. En Union Soviétique, on a découvert un rayon infiniment plus rapide que la lumière, qui est quelquechose de tout à fait nouveau.

Ce même rayon a pu être découvert sur d’autres planètes il y a des millions d’années et déjà utilisé. Quand nous mettons un temps X à aller d’un continent à l’autre, ils le font peut-être en une demi-seconde. C’est tout cela qui détermine alors la conception de la vie et de l’organisation de la matière. Cette énergie doit contenir une propriété et une force infiniment supérieure à celle que nous connaissons. On peut concevoir un être qui, levant la main, fasse de la lumière, attire, rejette et organise l’énergie. C’est possible. Nous sommes habitués à voir et à concevoir la vie sur la terre, dans le sens commercial de la propriété privée, du sentiment de possession, qui est la base du développement de la société jusqu’à l’état ouvrier. C’est ce qui détermine la raison de l’existence et sa relation avec d’autres planètes. Quand ils planifient un voyage sur une autre planète, c’est pour voir comment l’exploiter, la dominer, parce que la science est soumise à ceux qui paient. La science n’est pas indépendante.

Ce n’est pas la même chose que lorsqu’on plante une plante, pour en recueillir ce que l’on veut. Dans ce cas, même si on est soumis à la nature, on détermine. La science, par contre, est soumise à celui qui finance. Les astronomes, les physiciens, où iraient-ils chercher les appareils pour faire des recherches ? Ils ne peuvent pas le faire sans argent. Ils ne sont pas assez riches individuellement pour pouvoir payer et vivre. C’est l’état capitaliste, ou alors l’état soviétique, qui ont les moyens de payer cela. Ils peuvent installer des équipes, mais ils limitent leurs capacités aux intérêts capitalistes ou aux limitations bureaucratiques de la direction de l’état ouvrier. C’est pourquoi la connaissance de la physique, de la matière, de l’astronomie est encore à l’état embryonnaire. Il n’y a pas encore de réelle connaissance de ce qui existe. On corrige constamment les bases des découvertes, que ce soit pour Newton, pour Einstein et tous les autres. Les formes et combinaisons de la matière sont infinies. Il y a en nous des forces que nous n’utilisons pas. Il faut découvrir la puissance de ce qu’il est possible de faire. La force même qui fait lever le bras, est appelée « force vitale ». Pourquoi cette énergie ? qu’est-ce qui impulse l’activité des cellules. Il n’y a aucun mouvement extérieur. C’est un mouvement interne. Quelle est cette force ? la force qui impulse le mouvement est une source d’énergie qui doit avoir la forme primaire de développement avant même de lever le bras, parce qu’il existe déjà la capacité qui permet de concevoir, dans l’esprit, qu’il faut lever le bras.

Un savant japonais pose une conclusion, comme nous à propos des tremblements de terre : il dit que c’est un crime de gaspiller l’énergie des tremblements de terre. Il est possible de faire un système d’injection – comme une sorte de radar – qui mesure tous les mouvements, les gaz au sein de la terre, des déplacements intérieurs dus aux gaz ou aux mouvements de rotation du soleil et de la terre, que les savants ne connaissent pas encore. Le savant japonais dit aussi que l’on peut prévoir, contenir, dévier et même utiliser cette énergie. Nous avions dit cela au moment du tremblement de terre au Chili en 1961.

Les connaissances scientifiques sont encore limitées en ce qui concerne la compréhension de l’organisation de la matière qui a permis une certaine forme de vie et de reproduction sur terre. La capacité scientifique est limitée à cause des possibilités laissées à cette étude et des moyens économiques. Ceux qui détiennent ces moyens ce sont les capitalistes. Ils ont des intérêts capitalistes. C’est une limitation très grande.

De plus la capacité et l’audace de l’observation, sont limitées par la conception du monde établie au travers de l’appropriation et de l’utilisation de la propriété. Les connaissances sont limitées par les intérêts particuliers et les préjugés sociaux. C’est un fait évident dans les greffes de cœur, par exemple. Les mentalités capitalistes empêchent les bourgeois d’avoir des perspectives, leur ôte tout intérêt et limite l’audace de leur observation du monde. S’ils avaient de l’audace et de la résolution, ils se rendraient compte qu’ils sont de trop et que leur existence ne se justifie plus. Leurs intérêts les limitent et les entravent. Ils mettent les mêmes limites à la science, à la physique, la chimie, la médecine. Par contre, il n’y a pas de raison qu’il en soit ainsi sur les autres planètes.

La lutte de classe n’a pas du exister. Sur la terre par contre, le processus de l’histoire s’est réalisé ainsi. Il n’y a pas de raison qu’il en soit de même sur d’autres planètes. L’organisation sociale peut prendre des formes infiniment supérieures, sans lutte, sans antagonisme. Il n’y a aucune raison de se battre. Si des êtres des autres planètes nous regardent, ils doivent dire avec étonnement : « oh ! ils se battent pour une auto, ils se tirent dessus, ils se tuent » ! Pour eux, la mort n’existe pas. Elle n’existe pas. Ici, oui. La notion de la mort, l’extinction de la matière ou de la cellule n’est pas la même partout. Chez l’éléphant, la durée de vie est de 260 ans. Chez l’être humain, elle est de 100 ans (70-80 de moyenne). Si l’éléphant vit 260 ans, c’est parce que l’organisation sous cette forme peut durer 260 ans. C’est l’organisation de la matière, sous cette forme, qui permet cette durée de vie. Mais pourquoi ne pas imaginer pareille durée sous une autre forme que celle de l’éléphant ?… et sans trompe… pourquoi pas ? Nous ne savons pas s’il existe des êtres d’autres systèmes ou galaxies ni comment ils sont constitués.

Mais nous croyons qu’ils peuvent exister. Il est possible que des êtres viennent pour étudier ce qu’est la terre, comment y est la vie, des êtres partis de chez eux il y a un million d’années. Pour nous cela correspond à un million d’années. Mais pour eux c’est un chiffre sans importance, c’est une mesure normale. Ils peuvent ne pas être soumis à notre notion du temps. Le temps a été et est une notion acquise par la société divisée en classes. Celle-ci avait besoin de mesurer le temps pour exploiter la nature. De là cette division du temps.

Autrement, elle n’a aucune raison d’exister. Il est certain qu’il faut compter avec les délais, le temps et les saisons – printemps, été, automne hiver. Mais sur d’autres planètes, il n’y a pas de raison qu’existent les saisons. Pourquoi faut-il qu’il pleuve ? Ceci mis à part, le temps n’a aucune importance. L’intérêt de mesurer le temps est relatif à la nature, à ses effets sur la vie, à l’effet de l’énergie sur l’organisme et les échéances, les quittances. Sur d’autres planètes, il n’y a pas de raison que cela existe. Par exemple, personne ne doit payer de dettes à échéance ni a besoin de greffe de cœur. Un être d’une autre planète qui verrait l’opération de greffe du cœur dirait : « qu’est-ce qu’ils sont en train de fabriquer ? » La notion que nous avons de l’origine de la vie, est celle que nous avons apprise.

Mais chaque année, on lui apporte des corrections. Par exemple, l’âge de l’apparition de l’être humain sur la terre : d’abord on parlait de 500 mille ans, puis d’un million d’années. Maintenant on dit que l’apparition du premier anthropoïde date d’il y a 17 millions d’années. LA CONCEPTION DIALECTIQUE DE L’HISTOIRE Toutes les informations sur les OVNI (objets volants non identifiés) coïncident dans diverses parties du monde. Il y a beaucoup de coïncidences qui ne sont pas toutes des exagérations. Nous croyons et admettons que ces êtres existent. La plupart des gens qui les ont vus disent que ce sont des êtres normaux ; et les gens qui parlent de cela disent ne pas croire aux fantômes, ni aux spirites. Beaucoup de personnes ont déjà vu des ovnis. Le général Mac Arthur, cet assassin yankee, a dit à propos de la disparition d’un avion qui s’était heurté à un objet étrange : « peut-être devrons-nous – avec les Soviétiques – faire la guerre contre un ennemi venu de l’extérieur de la terre ». Mais la conciliation de ce type a une limite. Le capitalisme n’a pas d’intérêt pour les OVNI et ne fait, en conséquence, pas de recherche. Il n’a pas intérêt à s’occuper de ces choses parce que ce n’est ni rentable, ni utile pour lui. Mais les gens voient, au travers de OVNI, la possibilité d’avancer et de progresser. Cela accélère donc le mouvement de la chute de la bourgeoisie qui montre toute son inutilité. Toutes les personnes qui disent avoir vu des extraterrestres, des OVNI, coïncident dans le fait que ceux-ci ne les ont pas effrayées et leur ont fait comprendre sans avoir un langage audible, qu’ils ne font aucun mal. Ils ne provoquent pas un sentiment d’effroi, mais de sérénité. Ils créent des sensations de douceur, de souplesse, d’harmonie, d’assurance. Ils n’inspirent aucune crainte. Ils doivent donner une sensation de sécurité, par leurs mouvements, par l’aspect facial, ou d’autres éléments. Personne parmi ceux qui les ont vont n’a dit : « J’ai eu peur, ils m’ont effrayé ». Au contraire, ils suscitent une sensation agréable, de respect. Ils doivent émettre un certain rayonnement qui est la cause de cette sensation, s’ils existent. Aucun de ceux qui les ont vu n’a déclaré avoir été attaqué… Ils n’ont démontré aucun intérêt pour attaquer, violer, voler, posséder ; ils sont venu observer.

En partant du fait de l’existence d’êtres extra-terrestres, on peut admettre qu’il existe aussi des OVNI. Il faut attendre de plus grandes preuves. Il est possible qu’ils soient apparus, bien qu’il puisse aussi y avoir beaucoup de fantaisie, d’exagération ou de conclusions mystiques de la part des gens qui les auraient vu. Mais il y a des témoignages de gens qui semblent sensés. Ni le système capitaliste, ni la bureaucratie n’ont intérêt à faire des recherches à ce sujet, parce qu’ils n’en retirent aucun bénéfice commercial, ni politique, ni militaire. Le socialisme par contre y a intérêt. Les masses aussi. Le capitalisme se sent infériorisé face à un système qu’il voit supérieur. Les gens tirent la conclusion que le capitalisme est inutile. Ils disent : « regardez cela ! et vous, à quoi servez-vous ? » La classe dirigeante se sent diminuée. Si elle en tirait un intérêt militaire, elle ferait des recherches.

Mais le capitalisme essaie, au contraire, de donner la sensation de fantaisie, pour que les gens ne pensent pas qu’il existe des formes de relations supérieures et que le capitalisme est incapable d’arriver à ce niveau. L’état ouvrier agira autrement parce qu’il a un intérêt objectif de développer le socialisme. Mais de toute façon, les faits viennent à la lumière malgré les camouflages, parce qu’il y a déjà eu beaucoup de témoignages. Les cercles dirigeants capitalistes, les chimistes, les militaires, cachent les faits. Mais toutes les informations parviennent quand même à se publier, – au milieu de toutes les préoccupations actuelles pour la guerre, les révolutions, la préparation du règlement final des comptes entre le capitalisme et la révolution mondiale, les grèves constantes de colère contre le système capitaliste, les occupations d’usines, d’universités, de terres – parce que ces problèmes préoccupent le monde entier. Malgré toutes les autres préoccupations, les gens s’intéressent aux OVNI.

Nous ne savons pas quelle est leur forme, leur quantité, mais ils doivent exister, sinon ils n’apparaîtraient pas ainsi. Il y a assez de raisons pour que les capitalistes n’inventent pas ces faits. Ils pourraient essayer de les utiliser pour dévier l’attention. Mais tout cela va contre eux. Ils peuvent dévier l’attention sur un fait concret. Mais ils ne font qu’augmenter la certitude des gens qu’ils ne servent à rien. En outre, toutes ces préoccupations n’arrêtent pas les grèves, ni les occupations d’usines, ni les révolutions, ni les progrès vers le socialisme. La préoccupation pour étudier ces phénomènes ne s’est pas encore développer dans les états ouvriers, à cause de la concentration des préoccupations sur la nécessité de vivre et parce que la bureaucratie cache des choses. Elle est certainement en train de cacher un grand nombre de recherches qui ont lieu dans les états ouvriers ? Les gens verraient des formes d’existence supérieures aux actuelles. Le socialisme, par contre, ne redoute pas la comparaison, l’intégration à des formes supérieures de progrès.

Au contraire, il cherche ce progrès. « On a à perdre que ses chaînes ». Cette phrase de Marx peut s’appliquer à tout. D’autre part, il est absurde que des gens discutent des problèmes des OVNI alors que des millions d’autres meurent de faim. C’est le capitalisme et la bureaucratie des états ouvriers qui ont conduit à cette partialité du monde. Il y a des possibilités de profiter de la matière, que cette société est incapable d’employer. Le capitalisme, ainsi que la bureaucratie, se rendent compte de cette infériorité. Dans les états ouvriers, il y a des chercheurs qui ne mesurent pas en terme d’infériorité ou de supériorité, mais qui mesurent simplement que, dans les galaxies et dans d’autres systèmes planétaires, d’autres univers, on peut utiliser intégralement la matière et on élimine toutes les préoccupations dues aux problèmes de faim, aux luttes de classes. On peut éliminer l’existence des classes dirigeantes. Ce système là est supérieur. Les habitants qui viennent des autres planètes, doivent considérer les habitants de la terre comme des fous, en train de se battre. La notion de lutte, de bagarre, n’existe certainement pas chez eux. Pourquoi se battre ? Le fond historique du manque d’intérêt des capitalistes et de la bureaucratie des états ouvriers pour étudier les OVNI et l’existence d’êtres vivants dans d’autres mondes, c’est qu’ils voient leur propre élimination en perspective. Ils ne s’intéressent donc pas à la continuité de l’existence, de la vie, de l’être humain.

Tout ce qui n’est pas d’utilité commerciale, ou propre à faciliter l’existence et le maintien du pouvoir capitaliste ne les intéresse pas. Mais comme, de toute manière, la société doit vivre et que le prolétariat et le socialisme avancent, ils stimulent les gens, dans le système capitaliste à se préoccuper de l’existence d’êtres des autres planètes. Il y en a aussi dans les états ouvriers. L’existence de soucoupes volantes et d’êtres vivants dans d’autres mondes, est un phénomène que la conception dialectique de l’histoire peut admettre. Les conséquences les plus immédiates que nous pouvons constater sont que, si ces êtres existent, ils possèdent une organisation sociale supérieure à la nôtre. Leurs apparitions ne sont pas le fait de sentiments belliqueux, agressifs.

Cela signifie qu’ils n’ont pas besoin de guerre, qu’ils ne viennent pas sur terre dans un but de conquête. Dans l’histoire terrestre, quand un peuple se sentait plus capable et envahissait un autre pays, il le faisait dans un but de conquête, sous forme de guerre. La lutte de classe sur la terre est le résultat de l’organisation de la société en classes, celle des possédants et celle des exploités, de la bourgeoisie contre le prolétariat qui veut la renverser et construire le socialisme. Le comportement de ces êtres, s’il est vrai qu’ils existent, semble ne pas être agressif. Toutes les personnes qui disent les avoir vus, disent qu’aucun d’eux n’a une attitude agressive et n’incite la crainte. Tous disent qu’ils éveillent la curiosité. Si c’étaient des êtres venus d’ailleurs (comme nous en connaissons, dans l’histoire terrestre) avec sabres, arquebuses, canons, pierres et rochers, avec des instruments de conquête, ils éveilleraient la peur par un comportement agressif. Mais ces êtres viennent pour observer, ils essaient de faire comprendre qu’ils ne veulent causer aucun tort. Leur comportement exprime une organisation supérieure.

Ils n’ont pas d’agressivité, ils n’ont pas besoin, pour vivre, de tuer : ils viennent seulement pour observer. Il faut prévoir que de tels êtres existent, tout en considérant toutes les fantaisies qu’il y a dans les communiqués, les narrations, les observations, les déclarations. S’ils existent, il faut les appeler à intervenir, pour aider à résoudre les problèmes de la terre. Ils viennent étudier ce que sont les gens de la terre : qu’ils interviennent ! qu’ils aident à résoudre les problèmes de la terre. L’essentiel est de supprimer la misère, la faim, le manque de travail, la guerre, de donner à tout le monde les moyens de vivre dignement, établir les bases de la fraternité humaine. Pour cela, il faut supprimer le système capitaliste, et la bureaucratie des états ouvriers et des partis communistes qui ne veulent pas prendre le pouvoir. L’entrave fondamentale, c’est le système capitaliste. Il faut supprimer la force dont dispose actuellement le système capitaliste : les armes atomiques. Détruire toutes les armes atomiques. Détruire toute la puissance militaire du système capitaliste, de l’impérialisme yankee, anglais, français. Faire appel aux masses et leur donner les moyens de détruire immédiatement le capitalisme, de surmonter la bureaucratie des états ouvriers et d’instaurer une nouvelle société : le socialisme.

Il faut faire appel aux êtres des autres planètes, lorsqu’ils viennent, à intervenir et collaborer avec les habitants de la terre pour supprimer la misère. Il faut leur lancer cet appel. Il est possible de nous faire comprendre d’eux. Il ne faut pas, bien sûr espérer une compréhension immédiate. Mais il faut leur lancer des appels si on pense qu’ils peuvent exister. Si nous avons la possibilité d’être en contact avec eux, il ne faut pas céder à la curiosité scientifique individuelle, au goût de voir d’où ils viennent, à l’envie d’aller sur d’autres planètes.

Il faut s’unir à eux, qui semblent plus puissants que les êtres humains, afin qu’ils viennent aider à résoudre les problèmes de la terre. Ensuite on se préoccupera d’aller voir comment sont les autres planètes, comment est organisée la vie, la matière, tout ce qui correspond à la nature. Mais le plus important est de résoudre d’abord le problème de l’humanité sur terre. Nous n’avons pas une position fantaisiste, ou idéaliste à propos des soucoupes volantes. Comme nous admettons qu’elles peuvent exister, nous voulons utiliser tous les moyens, inclus ceux qui sont en dehors de la terre. Quand nous arrivons sérieusement à une détermination scientifique, nous devons essayer de l’utiliser au bénéfice de l’humanité. LE DEVELOPPEMENT INFINI DE LA CAPACITE SCIENTIFIQUE DE L’HUMANITE La durée de vie humaine la plus grande que l’on connaisse est de 160 ans. On peut garder ses pleines facultés de penser jusqu’à 80, 90 ans. Mais un éléphant, qui vit plus de 260 ans, a une mémoire beaucoup plus vaste. Cela veut dire que la durée de la mémoire peut être prolongée. Les êtres extra-terrestres peuvent avoir plus d’un million d’années. N’y a-t-il pas plus d’un million d’années que l’être humain existe ? et qu’il se reproduit incessamment sans se détruire, sans avoir besoin de s’exclure pour se reproduire. La matière, dans le cas de l’homme, persiste en se reproduisant. Elle ne disparaît pas. Seule, une des formes d’organisation de la matière – la forme de vie humaine – disparaît. La matière se transforme en autre chose et participe à la transformation d’autre chose.

Sur d’autres planètes, la matière peut se transformer elle-même sans besoin d’abolir son état, ni sa constitution d’être vivant. Elle peut ne pas devenir cendre pour alimenter autre chose. Que signifie la graine ? C’est de la matière à un état primaire, qui stimule d’autres éléments et se reproduit sous une autre forme. Chez d’autres êtres, il se peut qu’il n’y ait pas besoin de mourir pour se reproduire. Nous n’affirmons pas qu’il en est ainsi, mais que c’est tout à fait possible. L’énergie est utilisée de façon encore très mécanique, limitée et rudimentaire. Aujourd’hui on utilise la transformation de la matière en énergie, mais pas l’énergie existant déjà à l’état naturel. Cela devrait se faire. Par exemple, on pourrait supprimer tout le raffinage du pétrole, nécessaire à la transformation de cette matière en énergie. Un jour, l’énergie viendra de l’air. L’électricité est une partie de la structure et du comportement de la matière. On en profite parce qu’on en a fait la découverte.

Mais tout cela est très limité. Demain, l’électricité ne sera pas nécessaire. Tout ce qui existe est énergie. La condition d’existence d’un objet est qu’il ait de l’énergie. L’organisation du corps humain, du cerveau et des autres organes et sens, est le propre de la terre. Sur d’autres planètes elle peut être différente. Nous nous alimentons parce que l’organisme humain est constitué, de sorte à rendre l’alimentation obligatoire. Cela convient, en partie au capitalisme, car sinon il n’y aurait aucune raison de vivre dans la soumission à ce régime. La capacité scientifique de l’être humain est déterminée par l’organisation sociale. L’organisation sociale de la propriété privée est très limitée parce que l’élan, le courage, l’audace qu’elle donne, sont déterminés par l’intérêt d’appropriation individuelle. L’audace est donc très limitée parce qu’elle s’arrête lorsque l’intérêt est satisfait. Si l’être humain va plus loin, il a le sentiment d’être de trop. Sa limitation sociale restreint sa capacité sociale. Dans la société socialiste, la capacité sociale sera illimitée. La notion de la vie, de l’existence, de la société, se mesure par l’intérêt objectif de vivre, et de progresser. L’existence et le progrès vont s’identifier. Les notions de conservatisme, de parasitisme, de passivité, n’existeront plus. L’existence même sera progrès, comme dans la matière. La matière n’existe pas, si elle ne progresse pas, ne se transforme pas. Il en est de même pour la vie de la société. Elle n’existera pas sans progrès. La condition sociale de l’existence est le progrès. Immédiatement, le progrès donnera un élan à la capacité et à l’audace, qui sera un million de fois plus grande que celles du système de propriété privée. Elle ne sera pas limitée, déterminée par ce qui intéresse l’individu. C’est toute la société qui sera là pour donner confiance et assurance. La pensée commune, sociale, va changer les formes de vie. Par exemple on mettra le même temps qu’on met aujourd’hui pour aller sur la lune, à aller à des distances de millions d’années lumière.

Aujourd’hui, on parle de millions d’années. Demain, la mesure ne sera plus la même. Tous les problèmes dérivés de la notion de terre, de la gravité, de la pression atmosphérique, vont trouver des voies de solution faciles. On va trouver une réponse au problème essentiel : la capacité sociale, organisée en une pensée unique, celle de la société, qui peut tout résoudre. Il n’y aura pas, comme aujourd’hui, quelques types qui pensent, quelques facultés, quelques universités. Les universités existent dans la mesure où on fait une division, une séparation. Elles servent à exploiter la société au profit du capitalisme. C’est à cela que servent les universités. Demain, on n’en aura plus besoin. Le progrès sera commun à tous. C’est cela, l’audace face à la nature. Ce problème est important pour la formation et la connaissance marxiste. La connaissance marxiste est illimitée. Elle ne s’arrête pas au problème des luttes sociales, économiques et politiques. La compréhension de l’existence donne de l’assurance pour envisager la solution de tous les problèmes. Il n’y a aucun problème qui soit hors de porté de l’humanité. Tous les problèmes de l’humanité s’influencent les uns les autres. Plus on domine la connaissance de l’histoire, de l’humanité, de la société, de la matière, plus on a d’assurance pour envisager les choses avec résolution et audace.

Même sans connaissance et préparation préalable, dans une branche spécifique, mais en étant préparé scientifiquement avec l’instrument du marxisme, de la dialectique, on peut envisager tous les problèmes. Voilà l’aspect essentiel. L’autre est l’audace socialiste, que donne justement l’objectivité du marxisme. Nous ne sommes pas soumis ni dépendants de ce qui existe maintenant ni de ce qui va venir. Nous sommes objectif et notre pensée n’a aucune limite. La seule limite est celle du manque de capacité humaine pour comprendre plus. La capacité humaine est aussi un produit des relations sociales. C’est pourquoi dans la société socialiste, la connaissance et la capacité humaine seront la norme de toute l’humanité. Il y aura des capacités scientifiques supérieures à Marx – ce qui ne change rien à son importance historique.

Le développement de l’histoire a continué et il existe aujourd’hui des conditions qui n’existaient pas du temps de Marx. Dans le prochain futur, les connaissances scientifiques et l’assurance sociale développeront la capacité sociale. Mais nos ne vivons pas encore le socialisme. Nous sommes encore dans cette société. L’esprit critique est une condition essentielle, inhérente au marxisme, de sa puissance historique inépuisable jusqu’à ce qu’apparaisse des formes supérieures d’interprétation permettant de comprendre le processus de la nature. La dialectique en sera un des aspects. L’esprit critique signifie un sentiment constant de révision, d’analyse, d’observation, d’examen, pour voir quels effets, quelles conclusions surgissent du développement de la nature et de la société. Le marxisme en soi est irremplaçable parce que c’est une méthode de compréhension de l’histoire du monde.

Des formes d’interprétations supérieures au marxisme vont surgir – non que le marxisme soit incorrect – mais parce que l’humanité va arriver à une meilleure compréhension. La dialectique fera partie d’un instrument supérieur. Tous ces gens qui admettent l’existence des soucoupes volantes ne le font pas sous l’impulsion ni avec la volonté de développer une connaissance scientifique, mais simplement parce qu’ils sont obligés de reconnaître un évènement véridique. Mais ils n’ont pas l’esprit systématique, ni l’objectivité pour utiliser la connaissance qu’ils ont, dans le domaine social. Par exemple, s’il existe une vie sur d’autres planètes cela veut dire qu’il existe des formes supérieures d’organisation sociales, qui n’obligent pas à vivre comme ici, avec les guerres. Tous ceux qui admettent l’existence des soucoupes volantes, ne font que des constatations. C’est comme un type qui projette une lumière sur un mur et dit : « ceci est une lumière ». Ils n’en tirent aucunes conclusions.

Nous, par contre, prenons ces problèmes pour contribuer à comprendre l’histoire et, par conséquent, développer l’audace. La base de l’audace historique est la sécurité. Les masses vietnamiennes en sont une démonstration. Le marxisme donne cette assurance. Il est très important de se préoccuper de ces problèmes. Mais nous n’en avons pas le temps. Il est certain qu’il faut concentrer toute la préoccupation sur les problèmes qui se trouvent devant nous, sans pour autant éliminer notre préoccupation pour les autres. Nous n’y sommes pas indifférents. Nous admettons l’existence d’êtres extra-terrestres comme une conclusion de la pensée dialectique. Cela nous donne l’assurance de pouvoir dominer n’importe quel phénomène qui existe et ne nous laisse pas pris au dépourvu. Ces problèmes ne font pas douter de la méthode dialectique.

Au contraire ils viennent la confirmer. Celle-ci se confirme chaque fois plus. Nous considérons que des êtres extra-terrestres peuvent exister, ainsi que les soucoupes volantes. Et ceci, en nous appuyant sur les connaissances que nous avons grâce à la dialectique, quant à l’organisation de la matière. La matière peut prendre des formes infinies. Il n’y a pas de raison, par exemple, que la reproduction doive toujours se faire par le couple. Il peut y avoir auto-reproduction. C’est le cas pour l’amibe.

Pourquoi n’en serait-il pas ainsi dans l’avenir, pour l’être humain ? Ces êtres des autres planètes viennent observer la vie par ici et rient des humains, qui se battent pour voir qui aura le plus de canons, d’autos et de richesses. La possession de richesses est une distorsion de l’organisation sociale du sentiment humain, qui est le sentiment fraternel, collectif. Posséder des richesses est une dégénérescence de ces sentiments. Pourquoi le bourgeois veut-il 20 autos, 100 usines, un grade de général, pourquoi ? qu’est-ce que cela lui donne ? le pouvoir sur les autres ? et après… Cela ne lui donne aucune capacité pour élever et développer l’intelligence. Au contraire, cela le limite. La classe bourgeoise ne peut avoir ni intérêt, ni perspective, à chercher à développer objectivement la société. Elle fait exactement le contraire. Elle empêche celle-ci de se développer. Elle ne se préoccupe que des biens matériels, dont elle peut tirer profit, et que du maintien et de l’extension de la propriété privée. Cela limite sa compréhension et l’empêche de penser. Même si ces informations sur les soucoupes volantes sont fantaisistes – et elles le sont le plus souvent -, le fond historique en est correct.

Ni le capitalisme, ni la bureaucratie des états ouvriers, ni aucun savant bourgeois ne peuvent donner d’explication. Ils sont débordés, dépassés. Ceux qui pourraient le faire, n’en ont pas les moyens parce qu’ils dépendent des grandes institutions scientifiques et de recherches qui dépendent elles-mêmes du capitalisme. Il est nécessaire de chercher à comprendre ces phénomènes, pas simplement pour en connaître d’avantage, mais pour étendre l’application du marxisme à toutes les branches de la connaissance. Par exemple, à la pensée. La rapidité de la pensée dépend des moyens matériels de domination. La pensée est encore très limitée aujourd’hui. Demain elle sera infiniment plus puissante, et rapide. Quand la lutte de classes sera éliminée et que l’harmonie sera nécessaire pour vivre, la pensée aura un champ d’action et des possibilités de développement infiniment supérieures à ceux d’aujourd’hui. Actuellement la pensée est très limitée, dès l’enfance. Pour tirer des conclusions plus profondes de ces problèmes, il faut les suivre attentivement, s’y intéresser, les discuter, les apprendre et les étudier. D’autres phénomènes comme ceux des OVNI vont se produire. Une série de faits attire l’attention. Est-ce que le développement de la matière, dans un autre univers serait semblable à celui d’ici ?

Autrement, quelle forme pourrait-elle prendre ? L’utilisation de la matière doit certainement s’y faire à un niveau supérieur. Les organes ne se créent pas arbitrairement, mais selon certaines compositions et relations internes à la matière. L’organisme se structure à partir de la matière inorganique vers une forme organique et ensuite, en fonction du milieu dans lequel elle évolue. Ces êtres qui viennent d’une autre planète et qui auraient une structure semblable à celle de l’homme, peuvent provenir d’un processus d’organisation de la matière semblable à celui de la terre. Ils peuvent aussi, avoir utilisé la matière pour lui donner cette forme. Ils peuvent le faire s’ils dominent la science, tout comme ici on peut déplacer des montagnes. Mao Tse Toung dit qu’il faut le faire avec une pelle et une pioche. Ces êtres-là le font en mettant en action l’énergie de la montagne. C’est possible. Mais ce n’est pas un problème que nous pouvons résoudre maintenant. On n’en a pas le temps ni les moyens. Déjà on peut reproduire la vie. Sur d’autres planètes ce doit être certainement la même chose. Ces êtres peuvent le faire. Ici, on greffe des cœurs et des reins, qui sont des organes fondamentaux du corps humain. Alors il est possible que sur d’autres planètes, on élabore la vie. Engels informait, qu’à sont époque déjà, on pouvait faire artificiellement du protoplasme, qui est une base essentielle de la cellule, et donc une base de l’existence. La discussion de ces problèmes va se généraliser, à bref délai, parce qu’elle fait partie du progrès de l’humanité dans son intégration à la nature et à l’univers. J. POSADAS

About these ads

Written by Andrew Coates

September 23, 2011 at 11:05 am

18 Responses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Have you been eating wild mushrooms with your breakfast again? You really need to buy a good guide book to wild mushrooms Andrew, so as not to confuse Boletus edulis (Cepes) with Psilocybin (Magic mushrooms)- I take mine to the the Pharmacy in Lezignan Corbeiers where the kind lady separates them out for me (And gave me advice on how to dry Psilocbyins to maximse their chemical effects!)

    Pete Shield

    September 23, 2011 at 11:20 am

  2. It has struck me for some time though people often cite comrade Posadas on on the topic of UFOs his master-work is not widely read in full, or indeed available.

    On mushrooms- funnily enough the best place round here for Boletus edulis – Ceps – is in Rendelsham Forest not far from the site of the ‘Incident’.

    Perhaps the vistors were out to pick some.

    Andrew Coates

    September 23, 2011 at 11:32 am

  3. Looking at Ipswich labour, the aliens have already landed.

    ariversideview

    September 23, 2011 at 11:32 am

  4. I always thought there was something heavenly about Cepes, maybe there is- one of the best places round here to collect Cepes is in the woods around Bugarach – also apparently a sort of hamburger and WC stop off for travelling members of the United Socialist Star Faction.

    http://www.telegraph.co.uk/news/newstopics/howaboutthat/ufo/8217251/Bugarach-the-mystery-surrounding-the-village.html

    Mind you I find the idea of a United Socialist anything even more fantastical than space wandering aliens.

    Pete Shield

    September 23, 2011 at 11:45 am

  5. When I can’t find them in the wild I buy dried ceps and mix with ordinary mushrooms which soak up the flavour.

    You can’t buy fresh ones in the UK – well you probably could at some ultra-expensive London shop, but not here.

    Andrew Coates

    September 23, 2011 at 11:51 am

  6. Oh well done, Andy (not that I can read a word of French, but well done anyway.)

    I’ve always imagined there’s a great, tongue in cheek, sci-fi novel buried away in Posadist ideas but I’m not well read enough to know if any of the current crop of leftie sci-foi folk like McLeod or Meiville have ever attempted it.

    charliemcmenamin

    September 23, 2011 at 1:37 pm

  7. Charlie
    Iain M Bank’ Culture series comes pretty close, and Ken McCloud sort dances around it a bit

    Pete Shield

    September 23, 2011 at 2:49 pm

  8. As I said I posted this because when someone asked me about Posadas a couple of days ago I realised I’d never actually read the famous text.

    Nor, I suspect, have 99% of the people who mention it.

    Here is a sample of his reasoning:

    “La lutte de classe n’a pas du exister. Sur la terre par contre, le processus de l’histoire s’est réalisé ainsi. Il n’y a pas de raison qu’il en soit de même sur d’autres planètes. L’organisation sociale peut prendre des formes infiniment supérieures, sans lutte, sans antagonisme. Il n’y a aucune raison de se battre. Si des êtres des autres planètes nous regardent, ils doivent dire avec étonnement : « oh ! ils se battent pour une auto, ils se tirent dessus, ils se tuent » ! Pour eux, la mort n’existe pas. Elle n’existe pas. Ici, oui. La notion de la mort, l’extinction de la matière ou de la cellule n’est pas la même partout. Chez l’éléphant, la durée de vie est de 260 ans. Chez l’être humain, elle est de 100 ans (70-80 de moyenne). Si l’éléphant vit 260 ans, c’est parce que l’organisation sous cette forme peut durer 260 ans. C’est l’organisation de la matière, sous cette forme, qui permet cette durée de vie. Mais pourquoi ne pas imaginer pareille durée sous une autre forme que celle de l’éléphant ?… et sans trompe… pourquoi pas ? ”

    The class struggle does not have to exist. On Earth, by contrast, the historical processes has unfolded in this way. There’s no reason why it should be the same on other planets. Social organisation can take other forms, infinitely superior, without struggles, without antagonism. There is no reason to fight. If the beings on other planets look at us they must say, with surprise, ‘Oh, they fighting each other over a car, the shoot each other, they kill each other!’For them death does not exist. It does not exist. The notion of death, the extinction of matter or cell life, is not the same everywhere. For elephants, life lasts 260 years. That’s because the organisation of this life-form can last 260 years. It’s the organisation of matter, in this form, which allows life to continue this long. Why can’t we imagine life lived as long as an elephant – without a trunk – and why not? ”

    There are similar gems in every paragraph.

    It really should be translated (the bad prose is true to the original).

    Andrew Coates

    September 23, 2011 at 4:37 pm

  9. “For elephants, life lasts 260 years……Why can’t we imagine life lived as long as an elephant – without a trunk – and why not?”

    I have sat through leftwing meetings which did feel at the time to be going on for 260 years, but perhaps that’s atypical…

    charliemcmenamin

    September 23, 2011 at 4:53 pm

  10. The worst lefty meeting I went to recently was last year: I think it was 12 speakers at an anti-cuts rally in Cambridge Corn Exchange.

    That was after at least 3 at the start of the march and 3 at the end, outside the building.

    On Posadas, I find it rather touching and feel increasingly that he had a point.

    Only Intergalactic unity can save us.

    Andrew Coates

    September 23, 2011 at 5:10 pm

  11. Apparently, Mr Posadas came up with his theories after being tortured by the Argentianian state (or whereever it was that he lived.). It’s invigorating to read socialist propaganda that isn’t afraid to talk about the ‘class struggle’, and doesn’t drone on about ‘human rights’ (my latest bugbear!). These days certain groups instead of talking about ‘aliens’ or ‘advanced civilizations on other planets’ would be claiming our salvation lies in allowing certain religious ideas to perculate socialist theory. I don’t have a lot of time for UFO fanatics to be honest, I always think it is absurd to believe that beings would come across billlions of light years just to hover over Surbiton or somewhere. Actually, I’ve just remembered that Buonas Aires was renowed as being a place that flying saucers used to visit in the 50s, it was in one of those ‘Mysteries of the Cosmos’ books I used to read when I was younger. This may have been what got Posadas thinking about the whole thing.

    Sue R

    September 23, 2011 at 10:44 pm

  12. Sue I remember you telling me this some time ago and you know rather more about the Posadists than I, or 99% of the left, do.

    As I’ve said I find some of the ideas more than interesting.

    Andrew Coates

    September 24, 2011 at 10:52 am

  13. from the May Day message of the British Posadists 2009:

    “The speech of Ahmadinejad (of Iran) at the ‘UN Conference against Racism’ was the thought of humanity, for once to be heard, on the question of Israel. 13 delegates marched off because, unable to deny what had been said, they fled the place. For capitalism, this is not an economic crisis but a first class political and social one! Finished the old style colonies. The masses stand up in Venezuela, Nepal, Iraq, Afghanistan, Palestine. They created an Ahmadinejad. Finished the time where three cats reigned supreme over international encounters.”

    entdinglichung

    September 30, 2011 at 5:01 pm

  14. Du bist weider da! Wir haben gedacht, dass du verschwunden wärst.

    Leftist Trainspotting: total geil!

    Andrew Coates

    October 1, 2011 at 10:19 am

  15. summer, work, lazyness, etc.

    entdinglichung

    October 3, 2011 at 10:22 am

  16. [...] in politics are aliens. A while ago Ipswich barmy Bolshevik Blogger Comrade Coates blogged about Flying Saucers and Socialism: where he said A brave Trotskyist, J. Posadas, suggested that they come from socialist [...]

  17. [...] Posadas himself can have attributed to his name the following: “Il faut faire appel aux êtres des autres planètes, lorsqu’ils viennent, à intervenir et [...]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: